LES RUBANNES DE L'OUEST :

Lorsque les asianiques Rubannés arrivent dans le bassin parisien, ils se mêlent à des tribus de chasseurs Ertebölliens venus du nord : les Campiniens et les Limbourgiens qui utilisent des poteries ovoïdes de la Hoguette, peignées, cannelées, imprimées et à incisions larges (4500-4300 av.Jc / 5500-5300 BC) et des poteries ovoïdes du Limbourg, sillonnées avec des lignes verticales ou obliques et des motifs fins incisés en "arètes de poissons" (4300-4000 av.Jc / 5300-5000 BC) probablement sous l'influence des peuples Épicardiaux du sud. Ils finissent par les absorber petit à petit.

Ensuite la civilisation des Rubannés de l'ouest (Rubanno-Campiniens avec des poteries hémisphériques à fond arrondi) peut être divisée en plusieurs phases :

-Rubannés occidentaux (4300-4000 av.Jc / 5300-5000 BC) :
Agriculteurs et éleveurs de boeufs avec poteries linéaires rubannées.
Les morts sont enterrés, sur le coté gauche, tête à l'est ou au sud-est, dans des fosses ovales (avec de l'ocre) dans les villages (les tombes des enfants étaient placées contre le mur sud de la maison de leurs parents). On ne connait pas de vraies nécropoles estérieures aux villages comme chez les autres Rubannés. La coutume d'enterrer les hommes avec des herminettes et des spondyles fendus en V, comme les autres rubannés, est rapidement abandonnée.

-Villeneuve-saint-germain (4000 -3800 av.jc / 5000-4700 BC) :
Agriculteurs et éleveurs de boeufs avec poteries linéaires rubannées décorées au " peigne pivotant " ou avec des motifs en moustaches et en arceaux. Les villages, constitués de longues maisons familiales en bois, sont dirigés par les hommes les plus agés. Expansion vers la Bretagne.
Dans le nord (Aisne, Marne, Champagne-Ardennes) les morts sont enterrés tête à l'est ou au sud-est, sur le coté gauche ou sur le dos, jambes pliées à gauche, dans des "fosses à niche et à banquette."

-Cerny-Videlles (3800-3600 av.jc / 4600 -4400 BC) :
Agriculteurs et éleveurs de boeufs et de porcs avec poteries hémisphériques épilinéaires pointillées et impressionnées au peigne et à la spatule. La société devient moins égalitaire et une aristocratie apparait.
Les morts sont enveloppés dans un suaires et enterrés dans des fosses ovales (avec de l'ocre), tête à l'est, repliés sur le coté gauche, ou alors sur le dos, jambes pliées vers la gauche et regardant vers le sud. Les hommes sont enterrés avec des flêches, et des parures animales alors que les femmes sont plutôt accompagnées de poteries et de parures minérales. Pendant ce temps les élites sont inhumées dans de grandes fosses recouvertes par une énorme dalle de pierre ("tombes de type Malesherbes").

-Cerny-Barbuise (3600-3200 av.jc / 4400-4200 BC) :
Les inégalités se développent de plus en plus et les élites se font inhumer dans des tombes de plus en plus grandes. Les morts sont enterrés sur le dos, tête à l'ouest, dans des petits caveaux de bois (type "NM-E") sous des tertres de terre entourés d'un fossé (et parfois d'une palissade). Ces tertres, au début, semblent construits sur les ruines d'anciennes habitations, plus tard ils seront réunis en de vastes nécropoles. Parfois un tertre contient plusieurs caveaux : dans ce cas tous les morts qu'il abrite sont du même sexe. Les premiers tertres étaient de forme simple, ensuite ils s'ornèrent d'un renflement sur leur coté est, la ou se trouvait le caveau (tombes de style "Belloy"). Avec le temps ils s'allongèrent démesurément, atteignant parfois 350 m de long (tombes de type "Passy"). En Normandie, des variantes apparurent : les renflements pouvaient se trouver au centre ou alors le tertre pouvait prendre une forme trapézoïdale (de plus, les caveaux pouvaient être en pierres).
En Normandie apparurent aussi des tertres bas et courts (de style "Belloy") constitués de mottes de gazon et consolidés autour par des dalles de pierre (tertres de Sarceaux dans l'Orne). On retrouve ce type de tertre aux Fouaillages à Guernesey qui n'a plus de fossés mais possède des caveaux de pierres. Ce sont peut-être ces derniers types qui sont à l'origine des tertres proto- mégalithiques de Bretagne et des iles britanniques.
Les tertres longs seront adoptés aussi par les peuples de Chambon (mélange de danubiens et de Proto-Chasséens) dans la Vienne : tombes individuelles en forme de tertres allongés orientés vers le sud-est, avec un ciste de pierre. Les morts sont contractés sur le coté gauche, tête à l'est.

-Menneville / épi-Rössen (3500-3100 av.jc / 4400-4000 BC):
Infiltrations d'autres rubannés à poteries sphériques incisées et impressionnées venus de Rössen en Allemagne.

Ensuite,les asianiques Chasséens venus du sud de la France viendront s'installer dans le bassin parisien et les Rubannés se laisseront absorber petit à petit (culture Campino-Chasséenne / Chasséens du nord).

A l'époque chasséenne, vers 3200-2900 av.Jc (4000-3700 BC), les tertres de Chambon deviendront ronds, entourés d'un fossé ouvert vers le sud-est, et le caveau de pierre deviendra collectif (avec un couvercle amovible). Quand aux tombes de type "NM-E", elles seront remplacées par des tombes de type "NM-R" : morts enterrés dans des fosses avec un linceuil, un cercueil de bois ou un coffre de pierre (ciste), couchés sur le coté gauche, tête à l'est ou au sud-est. Ensuite viendra la coutume d'incinérer les morts dans des fosses collectives recouvertes d'une cabane funéraire en bois

Cliquez ici pour voir la note sur la religion des Rubannés


    Retour --> page precedente        Retour --> page des cartes