RELIGION DES RUBANNES :

Les Rubannés adoraient la grande déesse comme tous les asianiques . En Europe centrale, elle était parfois représentée avec des yeux de hibou ( déesse des morts ) .
En Hongrie et Roumanie, elle pouvait aussi être représentée de manière schématique comme chez les Pélasges du sud .
Chez les rubannés orientaux, en Hongrie, il existait également un dieu des moissons appelé le " Saturne de Szegvar " dont on a retrouvé une statue. Le dieu-taureau était également connu puisque des bucranes ornaient les maisons et certaines poignées de poteries.


Une des caractéristiques des Rubannés était la construction de "camps à fossés interrompus" (espaces plats circulaires entourés de talus et fossés interrompus en plusieurs endroits par des passages). Ces "camps" ne contenaient pas d'habitations mais devaient plutôt servir de lieux de réunions pour des cérémonies (festins, sacrifices d'humains ou d'animaux, etc...)
Des camps semblables seront utilisés dés 3600 av.jc. en Angleterre ("henges") puis seront entourés d'un cercle de menhirs ("cromlechs").
A l'époque de la domination chasséenne, ces camps culturels seront adoptés par les peuples mégalithiques de l'ouest (cotes atlantiques).


Chez les Rubannés du Rhin, ces "camps à fossés interrompus" étaient des "enceintes à pseudo-fossés de type Rosheim" (avec parfois des poteaux internes.)
Chez les Rubannés de l'Elbe, ces "camps à fossés interrompus" étaient des "roundels / rondels" munis d'ouvertures aux points cardinaux. Ces derniers connaitront une évolutions en trois phase :
-Rondels de type "systèmes de fossés circulaires" (entourés d'un ou plusieurs fossés).
-Rondels de type "fossés palissadés" (entourés de fossés externes et de rangées de poteaux internes).
-Rondels de type "enclos palissadés" (entourés d'une ou plusieurs palissades).

Plus tard, vers 2700 av.jc, aprés l'invasion du Bassin parisien par les Indo-Européens de Seine-Oise-Marne , les Thénaciens du centre-ouest recueilleront les restes de cette tradition mais en les transformant. C'est ainsi que naitront alors des camps défensifs, situés sur des hauteurs, entourés d'un mur interne de terre ou de pierres et de fossés externes multiples. A l'époque d'Artenac, ces camps évolueront ensuite en de véritables forteresses munies de tours (probablement sous l'influence des peuples d'Espagne).
Il est possible que, plus tard, les Indo-Européens Celtes reprendront ces rondels pour en faire des "nemetons" (enceintes sacrées). Ces nemetons étaient des espaces ronds ou rectangulaires, entourés de fossés, de talus et de palissades, avec une ouverture en portique. A l'intérieur avaient lieu des sacrifices et des banquets.


NOTES SUR LES SEPULTURES :

Les Rubannés enterraient leurs morts dans de grands cimetières éloignés des villages (sauf dans le bassin parisien ou de petits groupes de tombes étaient situés prés des habitations). Chaque sépulture était constituée d'une fosse entourée de quatre poteaux de bois (pour soutenir une toiture ?) et contenait un corps replié sur le coté gauche, la tête tournée vers l'est (vers le nord-est en France, vers le sud-est en Europe de l'est, parfois vers l'ouest en Allemagne et en Alsace) et recouvert d'ocre rouge. Parfois, en Allemagne, les corps pouvaient être également incinérés.

    Retour --> page precedente        Retour --> page des cartes